ASSOCIATION
CHEMINEMENTS
SOLIDAIRES
Espace de communication
Grenelle des lecteurs de Politis [67]
 
 Vous pouvez laisser un commentaire, une réaction, un document ou un lien en tant que:
   
Lecteurs et abonnés de Politis
Rédacteurs et journalistes de Politis
Membres d’autres rédactions de journaux et de medias
Adhérents de structures associatives
Interlocuteurs syndiqués
Employeurs, responsables et décideurs économiques
Elus territoriaux
Elus nationaux et européens
Animateurs de structures appartenant à des réseaux ou Collectifs
Autres:

   
Une circulation d’idées, de documents, de liens, nous semble particulièrement trouver sa place appropriée dans le cadre d’un « Grenelle des lecteurs de Politis » : par la convergence des thèmes de cet événement avec les sujets traités par la revue ; mais aussi en ce que la préparation de mesures et leur issue appelle une veille et un suivi critiques (dans l’esprit de « l’Observatoire du 6 mai »).

Par conséquent, l’intention de centrer cet espace de Politis sur un Grenelle des lecteurs, permet de faire apparaître les valeurs qui animent le journal et ses amis, tout en les faisant partager, en suscitant un maximum de réflexions autour d’elles, à partir des questions liées au Grenelle et qui articulent le social et l’humain à l’écologique.


Laisser une participation

  2008-10-15 Surtout pas des « anti » sans les confronter par: Bernard Allain - Marseille
 
  2008-06-17 Appel Politis : "réponse à Pons" par: js
 

 

 

 

 

Association CHEMINEMENTS

 

La Fresnaye, le 2 juin 2008

 

Objet : Réponse à Pons « Si l’œcuménisme a des limites, les décloisonnements n’ont pas de bornes » (Kant)

 

Juste un mot pour signifier à notre très cher et très docte Georges que l’Appel de Politis peut être reçu par des lecteurs correspondants, dont je suis, comme une toute autre action qu’une opération de marketing en communication politicienne. Et encore moins un coup sournois porté à la LCR et à son projet de parti en refondation.

Que les initiatives de regroupements à la gauche de la gauche se multiplient, et alors ? Le contexte le justifie : la liquéfaction de la gauche soluble dans l’ultra libéralisme, englobe dans son naufrage une extrême gauche qui s’est enferrée dans son impuissance constitutive, depuis les schismes internes au marxisme léninisme, à inventer un modèle d’économie en rupture avec le capitalisme industriel. Décréter qu’il n’est pas de salut hors d’un capitalisme d’Etat, c ‘est avouer que l’on conserve le même système d’exploitations économiques foncièrement inégalitaires, avec simplement un changement de propriétaire. Par conséquent, est-il insensé d’appuyer toute initiative qui se joint au seul chantier offert aux alternatives, initié avec deux siècles de retard : conduire des tâtonnements prospectifs sur les interfaces faisables entre anars, écolos positionnés vers une gauche radicale, mouvements révolutionnaires tiers mondistes, alter mondialistes alternatifs, et d’autres tentatives qui forment le tissu actuel, idéologiquement non formalisé, de novateurs qui portent l’avènement d’une politique de transformation systémique.

Le texte de l’Appel est flou, lacunaire, tiède sur certaines postures antilibérales ? La belle affaire… Rédacteurs et initiateurs du texte ont clairement précisé qu’ils n’émettaient pas une « charte » pour ralliements partisans, encore moins de statuts pour un parti alternatif se surajoutant inutilement aux mouvements existants. Ils ouvrent un espace public, qui manque totalement depuis les échecs électoraux des collectifs antilibéraux ainsi que des partis marginaux qui n’ont pu ni su dépasser leurs appartenances d’appareils.

Loin de motivations mercantiles, l’initiative de Politis correspond à son rôle et à sa responsabilité éditoriale : son audience d’hebdomadaire national, sa pratique participative, ses articles et dossiers relayant les avancées et débats qu’aucun autre journal ne traite, concourent à lui faire assumer sa mission de vecteur, de catalyseur citoyen, par son rayonnement d’outil de communication qu’aucun parti politique n’est capable de déployer. Dans notre médiacratie, la citoyenneté s’exerce autant par toute forme de presse et par les organisations civiles, que par les structures syndicales et les partis.

C’est pourquoi je vais signer cet Appel. Et je vais poursuivre mon dialogue avec Politis et ses lecteurs, en liant les enjeux de l’Appel aux « sujets qui fâchent à gauche ». Cheminements a encore besoin d’aménager son site, d’améliorer les espaces de communication que nous voulons ouvrir pour les lecteurs de Politis et le collectif solidaire « SIC ! » (voir le Numéro 1000 de Politis). Le sens que nous donnons à cette action se relie aux différences de lecture sur l’Appel : plutôt juger à partir de pratiques significatives (réactivité, écoute, traitement égal d’interlocuteurs…) que réagir par pétitions de principes risquant de dissimuler des frilosités conservatrices sous de nobles affichages d’orthodoxie.

Cher Georges, si tu es disponible pour poursuivre ce délicat échange entre prises de positions, je te donne rendez-vous, à toi comme à tout lecteur de Politis, sur tous les supports ouverts aux confrontations déclenchées par cet Appel et qui, à mon sens en construisent la substance, bien au-delà de la déclaration initiale : sur notre site, sur celui des  Amis de Politis, sur celui du journal, et sur des blogs de lecteurs… Formant la demande, auprès de la rédaction de notre hebdomadaire, de réserver deux pages chaque semaine pour des commentaires adressés par signataires et non signataires, et développés sur la gamme de sites qui consacrent des espaces de communication à cette co-construction… Pour ma part, je compte proposer des retours sur la plupart des contributions relayées dans le Numéro 1004 et continuer à suggérer des modalités concrètes servant à entretenir la dynamique générée…

 

Jean-Claude DIEBOLT, Président de Cheminements

 

 

CONTACT

Jean-Claude DIEBOLT – Président
Tél. : 02 43 97 80 80 - 06 75 01 01 73 – 08 79 57 93 96
Mail : contact@cheminements-solidaires.com

Site (en construction) : www.cheminements-solidaires.com

Siège social
« La Foucherie »
72600 – LA FRESNAYE SUR CHEDOUET

Association loi de 1901

SIRET 443 248 141 00014

Code APE : 853 K

       

 



 
Laisser un commentaire

 
  Documents transmis  Liens transmis
 
 
  2007-12-21 La dictature des mots par: thierry
 
  2008-03-15 pour jean claude par: aldo
 
  2007-12-21 Si vous rencontrez un soucis par: thierry
 
  2007-12-21 La fiche de contact du site par: Thierry
  1  

 

Laisser une participation

Gestion espace de communication